Gisement préhistorique du Calvari

La structure territoriale aux VIIe-VIe siècles av. JC.

La structure territoriale dont fait partie le site du Calvari del Molar comprenait deux principaux noyaux de population, le Calvari et le Puig Roig, et deux plus secondaires, le Tossal del Camat (au Molar) et le Tossal de l’Avenç del Primo (à Bellmunt del Priorat), qui dépendaient respectivement des deux villages principaux. Le paysage qu’ils contrôlaient, les communications avec l’Ebre, le Siurana et la Foia de Mora semblent le démontrer. Il est important de prendre en compte le fait que les deux gisements étaient en vue l’un de l’autre, une condition que partageaient à l’époque les noyaux urbains appartenant à un même territoire. D’après ce que nous savons à ce jour, il semble que le village du Calvari du Molar avait un rôle prépondérant. Sa situation privilégiée à proximité des couches affleurantes de minéraux et surtout l’Ebre tout proche, le fait que la nécropole mette en évidence une différenciation sociale, l’extension et la structure du village, tout cela semble le suggérer.

 

Les fouilles archéologiques au Calvaire du Molar (2004-2007)

D’abord, il faut remarquer que jusqu’à présent seule une partie du gisement a été fouillée. Il faudra attendre d’autres fouilles pour préciser nos connaissances. À ce jour, nous savons que l‘étendue des constructions faisait au minimum 1000m2, dépassant ainsi la taille habituelle à cette époque; seule celle du Puig Roig du Masroig était plus grande. Comme nous l’avons déjà vu, son quartier nord-ouest était limité par une double muraille qui laissait un passage entre les deux enceintes, ce qui la différencie des autres villages de cette époque qui n’avaient qu’un seul pan de mur auquel s’adossaient les maisons. Ainsi, il n’y avait pas de chemin de ronde à l’intérieur des murailles.

Les maisons de cette époque en Catalogne (VIIe-VIe av. JC) sont d’une seule pièce: elles sont comprises dans un espace rectangulaire unique de quelques 20m2 de surface. Cependant, au village du Molar, une maison au moins a des dimensions bien plus grandes et présente une structure bien plus complexe.

Plan schématique d’une maison du village du Calvari du Molar (à droite) et plan de la maison N° 2 de la Serra del Calvari de la Granja d’Escarp (à gauche).

La maison du Calvari du Molar fait au moins 79m2 de surface et est donc trois fois plus grande que ses contemporaines. Par ailleurs, il faut remarquer, quant au plan des villages de cette époque: 1. La Ferradura (Ulldecona); 2. Geno (Aitona); 3. La moleta del Remei (Alcanar); 4. La Gessera (Caseres); 5. El Puig Roig (El Masroig) qui, en plus de leurs plus grandes dimensions présentent un carrelage d’argile jaune qui était décoré au seuil d’une porte d’un relief de forme semi ovoïdale fait de marne rouge. Tout fait penser qu’il s’agissait d’un édifice particulier. On ne connaît qu’un cas similaire, situé au village contemporain de la Serra del Calvari (la Granja d’Escarp), au confluent du Segre et du Cinca, prés de l’Ebre. Il y a là une maison bien semblable à la nôtre; elle comporte aussi trois pièces et une superficie encore plus étendue que celle du Calvari del Molar, 110 m2.

Ces fouilles ont bien amélioré nos connaissances. Nous savons maintenant que la construction de l’ancien réservoir du Molar l’a coupé à cet endroit, encore que le site ne devait guère aller plus au delà. Du côté de la fontaine, on a trouvé maintenant sa limite, et la double muraille qui lui correspondait. Il nous reste encore à connaître les limites du côté de la route de la Figuera et au nord. Il a deux parties bien différenciées: à celle qui donne du côté de la route de la Figuera, l’espace entre les deux lignes de murailles est occupé par une série de maison de plan rectangulaire allongé, qui s’étendent perpendiculairement au grand mur qui coupe les deux secteurs, et à la route.

La partie qui donne sur la fontaine est plus en pente, et cela fait qu’elle présente tout un ensemble de soutènements pour s’adapter à la topographie du terrain.

Maison avec une étagère faite de marne et d’argile tout autour des murs, et un réceptacle en argile dans un angle pour garder des aliments.

Au centre de la photo, la muraille la plus extérieure du village.

L’espace entre les deux lignes de murailles.

Fondation en argile d’un four, coupée par l’ancien réservoir du Molar.

Un reste de magasin et la première ligne de muraille (à l’extrême droite de la photo), fouilles non terminées.